Entre minutos ou um momento facebook

Não percam o que se passa entre o minuto trÊs e o minuto oiTo. Uma senhora que eu não conhecia e outra que eu nem gostava especialmente a dar um espectáculo único.
O autor Jean-Pierre Ferland presente (e canta) não cabe em si de feliz. Tão bom ver.

UN PEU PLUS LOIN – Jean-Pierre Ferland

A Céline Dion comove-se a meio e não perde o tom. A Ginette Reno aguenta-se com um ginete digno de admiração.

UN PEU PLUS LOIN
letra e música de Jean-Pierre Ferland

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je veux aller un peu plus loin
Je veux voir comment c’est là-haut
Garde mon bras, tiens ma main

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je veux aller encore plus loin
Laisse mon bras mais tiens ma main
Je n’irai pas plus loin qu’il faut

Encore un pas, encore un saut
Une tempête et un ruisseau
Prends garde, prends garde, j’ai laissé ta main
Attends-moi là-bas je reviens

Encore un pas, un petit pas
Encore un saut et je suis là
Là-haut si je ne tombe pas
Non, j’y suis, je ne tombe pas

C’est beau, c’est beau
Si tu voyais le monde au fond, là-bas
C’est beau, c’est beau
La mer plus petite que soi
Mais tu ne me vois pas

Un peu plus loin, un peu plus seul
Je ne veux pas être loin tout seul
Viens voir ici comme on est bien
Quand on est haut, comme on est bien

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je ne peux plus te tenir la main
Dis-moi comment j’ai pu monter
Comment descendre sans tomber

Un peu plus loin, un peu plus fort
Encore un saut, essaye encore
Je voudrais te tendre les bras
Je suis trop haut, tu es trop bas

Encore un pas, un petit pas
Tu es trop loin, je t’aime
Adieu, adieu, je reviendrai
Si je redescends sans tomber

C’est beau, c’est beau
Si tu voyais le monde au fond là-bas
C’est beau, c’est beau
La mer plus petite que soi
Mais tu ne la vois pas

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je vais aller encore plus loin
Peut-être bien qu’un peu plus haut
Je trouverai d’autres chemins

 

Sobre Rita Roquette de Vasconcellos

Apertava com molas da roupa, papel grosso ao quadro da bicicleta encarnada. Ouvia-se troc-troc-troc e imaginava-me a guiar uma mobylette a pedais enquanto as molas a passar nos aros não saltassem.
Era feliz a subir às árvores, a brincar aos índios e cowboys e a ler os 5 e os 7 da Enid Blyton.
Cresci a preferir desenhar a construir palavras porque… escrever é triste.

Esta entrada foi publicada em Post livre. ligação permanente.

2 respostas a Entre minutos ou um momento facebook

  1. G. diz:

    Gostei. Obrigada.

Os comentários estão fechados.